Le blog de Clem

Salut, visiteur !

connexion

230 Le début des cours

jeudi 04 octobre 2007 • 01:03 (CEST)

Mardi amena encore de la nouveauté : le premier cours. Sujet : « la sécurité en Europe après la guerre froide : concepts, changements, défis ». Ça a quand même de la gueule.

Sur ce cours, je me retiendrai de commenter car une petite heure et demie n'est pas suffisante pour avoir un jugement fiable, mais j'aime déjà.

L'après midi se tenait la séance d'introduction d'un groupe de travail sur les relations franco-autrichiennes, donnée par le professeur X. On apprend au vol qu'un correspondant de notre journal gouvernemental, Le Figaro, doit venir un de ces jours nous expliquer « la nouvelle France de (…) ». J'aurais presque pu jurer avoir entendu nous expliquer pourquoi la nouvelle France de (…), c'est bien tellement le ton du professeur X. était narquois (même s'il essayait de le cacher, je le sens ! Et surtout je ne suis pas du tout au courant du fait que le professeur X. avait une préférence pour Ségolène Royal lors des dernières élections). Par respect pour son devoir de réserve, je n'en dirai pas plus afin qu'on ne puisse pas l'identifier.

Suivait une nouvelle séance de bla-bla concernant l'orientation, mais qui n'a guère apporté d'information supplémentaire par rapport à la veille.

Entre-temps, les résultats des tests d'allemand étaient parus et nous avons été répartis en cinq groupes de niveau. La classification s'est faite selon le cadre européen de référence pour les langues. Et donc les groupes A1 et A2 auront droit à quatre heures trente de cours, les groupes B1 et B2 auront droit à trois heures, et le groupe C1 aura droit à une heure trente de cours hebdomadaires.

Mon allemand rouillé et moi (accompagnés d'une séance d'oral pas très positive) nous sommes retrouvés on ne sait comment en B2, ce qui est vraiment bien parce qu'on commence à 10 heures au lieu de 8h30 le vendredi ! Après réflexion, il semble qu'il faille y voir l'influence de ma prof d'allemand de collège, quatre années de pur bonheur qui m'ont donné des bases très solides que n'ont pu détruire les « professeurs » qui ont suivi au lycée (en seconde et en terminale) et qui étaient, comme beaucoup de profs d'allemand, de véritables catastrophes ambulantes.

Mercredi 3 octobre

Premier cours d'allemand justement avec Frau E.. qui était aussi celle de Nenya l'an dernier et qui par un hasard extraordinaire, a également été l'examinatrice de Brian lorsqu'il a passé les tests pour s'inscrire à l'Univie. Le monde est si petit. En tous cas c'est la première fois depuis ma troisième que je croise un professeur d'allemand qui sait ce qu'il fait et qui déborde d'enthousiasme !

Ajoutons à cela le fait que nous ne sommes que huit dans notre groupe, ce qui est tout à fait parfait. Les tables disposées en losange nous sont très utiles car on fait principalement de la conversation. Enfin l'exercice favori de Frau E. consiste à nous faire nous interviewer les uns les autres sur tel ou tel sujet (à commencer par des présentations, naturellement, puisque nous ne nous connaissons pas encore vraiment). Note pour plus tard : envoyer un mémo au prochain ministre potable de l'Éducation nationale pour lui « suggérer » de permettre le triplement des classes de langues au bas mot !

Et les premiers devoirs tombent sous la forme d'une lettre à rédiger pour se présenter. Très original.

Suivait un examen d'anglais académique, dans le même ordre d'idée que celui d'allemand. Le professeur L., une dublinoise probablement hyperactive mais très sympathique (et aisément confondue avec une étudiante, ce qui a déjà failli m'arriver deux fois), nous explique qu'il ne s'agit cette fois pas de groupe de niveau, mais plutôt de répartir les gens en fonction des points sur lesquels il doivent particulièrement porter leur attention.

Étant autodidacte, je pensais que j'aurais des problèmes avec l'anglais académique : comme je l'ai pratiquement appris en discutant, je n'ai pas forcément les réflexes d'utiliser les formules spécifiquement formelles, d'autant que l'anglais est une langue très souple. Mais en fait tout s'est bien passé. Il s'agissait simplement de réécrire deux petits textes de façon formelle, d'en réécrire un autre à la voix passive, et il y avait aussi un exercice à trous.

Le soir devait conclure la semaine de bla-bla par la Welcome Ceremony, c'est à dire la cérémonie de bienvenue (pour ceux du fond qui ne suivent pas). Cérémonie ouverte par notre Directeur, de retour du Mozambique, dans la salle de bal numéro 2.

S'en est suivi une réception dinatoire (costume de rigueur) qui s'est terminée en beuverie soirée arosée au bar. Lorsque je suis repassé pour lire mes courriels et écrire ces lignes sur le coup de 22 heures, la fête battait toujours son plein, ce qui était assez étrange comme impression. Je n'ai sans doute pas précisé que certains étudiants habitent sur place, et que les deuxième et troisième étage leur sont réservés ; quant à moi, je ne suis pas habitué au côté internat.

dimanche 21 juillet 2019
tridi 3 thermidor 227
jour du melon