Le blog de Clem

Salut, visiteur !

connexion

226 Les formalités d'arrivée

jeudi 27 septembre 2007 • 23:10 (CEST)

mercredi 26 septembre

Après deux jours de tourisme, il a bien fallu passer aux choses sérieuses. Selon le courriel que j'avais reçu, les inscriptions devaient se faire le 27 septembre. Cependant, toujours grâce à ma guide particulière, j'ai pu savoir que 1) il y avait une journée d'inscriptions avancée, destinée aux étudiants résidant (ou présents) à Vienne, et que 2) il était vraiment malin d'y aller tôt pour pouvoir récupérer un rare casier. Nous voici donc partis de bon matin, par le train, direction ce bâtiment dans lequel je vais passer à l'avenir pas mal de temps et qu'il faut apprendre à connaître.

Moi qui connais bien le système d'inscriptions de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avec lequel beaucoup enquillent les problèmes à n'en plus finir, je n'étais pas au bout de mes surprises. Il n'y avait certes pas beaucoup d'étudiants, ni beaucoup de personnes qui s'occupaient des inscriptions, mais pour commencer, les personnes en question s'adressaient aux étudiants comme à des êtres humains et non comme à des numéros sur un papier. Ces personnes s'inquiétaient d'éventuels problèmes et fournissaient toutes les explications nécessaires. Enfin, ces personnes étaient de très bonne humeur. Faites la comparaison !

Une fois les papiers remplis, le passage à la caisse effectué (pour déposer des cautions et louer le fameux casier) et après un peu de blablatage avec les différentes personnes présentes, histoire de mieux se connaître, on retourne à notre tourisme, puisque mes parents devaient repartir dans la soirée. Je pensais que ce serait difficile, mais en fait, pas tant que ça : Vienne est une ville qui me plaît beaucoup et dans laquelle je pense me sentir très bien ! Il faut que j'ajoute que je commençais sérieusement à ne plus supporter Paris, ou plutôt les Parisiens, entre l'indiscipline des uns, le manque de respect des autres, les pugilats pour un oui ou pour un non dans les bus (qui a dit poussettes ?), et j'en passe et des meilleures.

jeudi 27 septembre

Puisqu'on avait accompli nos formalités la veille, le jeudi était une journée libre. Enfin, « libre ». Il restait des choses importantes à faire… Direction la banque pour ouvrir un compte, nécessaire pour la ligne de téléphone notamment. Il se trouve que la Bank Austria Creditsanstalt, la plus grande banque autrichienne, fait des comptes gratuits pour les étudiants avec une carte de retrait — il faut savoir que la Visa n'est guère acceptée dans les magasins — et gestion des comptes par internet.

Re-choc. Pour commencer, il n'y a pas de sas d'accès, mais de grandes double-portes vitrées qui s'ouvrent toutes seules. Bon, il y a en réalité deux portes à franchir, mais rien de commun avec nos sas où l'on ne peut passer la deuxième porte que si la première a été refermée. Il y a tout de même un vigile qui nous regarde passer.

Re-choc. Pour continuer, il faut savoir que je suis habitué à une petite agence très mal fichue, qui a la malchance d'avoir deux colonnes porteuses en plein milieu. Ici, point de colonne porteuse. Les double-portes vitrées s'ouvrent sur un vaste espace ouvert, avec des bureaux disséminés un peu partout, des tables avec des fauteuils pour attendre, des réceptionnistes jeunes et souriant(e)s, et surtout pas une seule cloison. La distance entre les bureaux est suffisante pour les isoler des oreilles indiscrètes !

Ma nouvelle banquière, Frau W., est une femme tout à fait charmante qui rit aux bons moments et fait même des jeux de mots, ce qui ne manque pas de cachet ; le tout ayant lieu dans un allemand mâtiné d'anglais, principalement à mon initiative, parce que Frau W. parle l'anglais à la perfection. Trente secondes plus tard, me voilà titulaire d'un compte dans une banque en Autriche… malgré le fait que je n'aie pas encore demandé mon Meldezettel (la déclaration de résidence/domicile qui doit être faite à la mairie). Mon portefeuille s'est enrichi d'une nouvelle carte de visite. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Les boutiques de téléphonie mobile, elles, sont moins enthousiasmantes. On va de l'une à l'autre pour les comparer, et Tele.ring se démarque mais pour ouvrir une ligne, il faut absolument le Meldezettel. Dommage… ça devra attendre que je sois définitivement installé.

dimanche 21 juillet 2019
tridi 3 thermidor 227
jour du melon